« Money Time », premier album de Sympli Carnalito (Article RL)

Money Time fait l’actualité ! Avant d’acheter le CD demain (ou dès maintenant en ligne), achetez le journal !

Un deuxième artiste du label stiringeois 9e Sens sort un album. Après Nuno Tabone début 2018, c’est au tour de Sympli Carnalito d’être à l’affiche. Le Behrinois de 32 ans a compilé 13 titres sur « Money Time ». Un travail collectif, avec les autres membres de 9e  Sens.

Vendredi soir marquera l’aboutissement de plusieurs mois de travail pour Michaël Natale. Au bar L’artiste de L’Hôpital, Sympli Carnalito, son nom de scène, présentera son premier album, Money Time. La soirée, gratuite, à partir de 20 h, rassemblera ses potes du label stiringeois 9e  Sens. Car les 13 titres de l’opus sont l’œuvre d’un véritable collectif. Des collaborations avec Nuno Tabone, Don-T ou Dose Gio sur les chansons, avec T-Rex à la production, ou encore Fred Amella pour la pochette de l’album.

Une véritable équipe

Money Time, c’est aussi l’aboutissement de 20 années à gratter des textes sur des bouts de papier. « J’ai commencé à écrire quand j’avais 13 ans, explique le Behrinois. Mais je n’ai rien sorti par la suite car ce n’était pas assez structuré. Faire de la musique seul, c’est compliqué. Là, on forme une véritable équipe. » A ses côtés, Nuno Tabone acquiesce. Lui comme Sympli ont beaucoup écrit à l’adolescence. Puis leurs vies d’adultes les ont éloignés de la musique, sans que la passion disparaisse. La trentaine entamée, il ont replongé, ensemble.

« La base de son album, c’est la production du mien, dont il s’est occupé », poursuit Nuno. Son disque est sorti début 2018. Le premier du label 9e  Sens, nouvellement créé. « On s’est dit que si ça fonctionnait pour moi, on continuerait. » Les deux hommes se connaissent depuis longtemps. « J’ai rencontré Sympli quand il avait 15 ans, j’en avais à peine plus. Il disait déjà que dans la musique, il ne fallait pas se mettre de barrière », explique Nuno.

Disponible à la vente ce vendredi

Et cela se ressent sur Money Time. Si l’album est estampillé « musique urbaine », les influences, sonorités et mélodies sont diverses et variées. « Les titres racontent la vie d’un adulte d’aujourd’hui, d’un père de famille. L’écriture est assez sombre mais j’ai parfois forcé le trait, il y a du second degré », souligne le Behrinois. Pour découvrir l’album, rendez-vous, donc, vendredi soir à L’Hôpital. Mais l’album sera aussi disponible à la vente dès le matin, à 9 h 09 très précises, sur les plateformes de téléchargement (Spotify, Deezer…) et sur le site internet www.9sensprod.com.

Source : Républicain Lorrain du 12/09/2019 – Article rédigé par Pascal Mittelberger / RL

Photo Pascal Mittelberger / Républicain Lorrain